Finale du Championnat de France à ALBI

Le 08 Juillet 2006


Une saison se termine et les ambitions affichées du départ ne seront vraisemblablement pas atteintes. Nous abordons cette ultime course avec un esprit quelque défaitiste.
Des événements et des positions récentes nous laissent penser que ça va pas être une partie de plaisir.
En effet, le week-end précédent, Thomas apprend que son quota de pneus est dépassé, et pour la course, il faudra trouver une solution autre. 3éme au championnat, la deuxième place nous parait jouable, à condition que tout le monde y mette du sien. En secouant le cocotier, nous espérions voir tomber quelque chose...
Thomas est désagréablement surpris de constater qu’en fin de compte, les principaux concernés ne se sentent pas concernés par le problème. A partir de ce moment, il se résigne à faire du mieux qu’il pourra avec ce qui aura.
L’équipe, un peu abattue, ne réalise pas vraiment ce qui lui arrive et, retournant le problème dans tous les sens, nous nous rendons à l’évidence que quelque soit le résultat, la performance est notable dans la mesure où Thomas est le premier pilote privé au général et se bat depuis le début de l’année contre des officiels qui n’ont pas les mêmes conditions que nous, et c’est la dessus que nous puisons notre motivation et décidons de tous les battre avec seulement la B... et sans couteau. Apres tout on leur montre qu’on n’a même pas peur.
Très belle course que la finale : le GMT se décarcasse et le patron GUYOT est partout à la fois. A l’accueil, à notre arrivée, pour notre installation etc.. c’est super, le GMT bosse vraiment bien ,il n’y a rien à dire à part félicitation .
De notre coté nous avons aussi fait l’effort de débarquer avec une nouvelle déco qui, disons est quand même plutôt sympa.
La machine n’a guère évolué mais de toute façon elle va bien, il y aura juste un petit souci pour les pneus, on fera avec.
Les premières séances laissent entrevoir quelque chose de pas coutumier. Les machines montées en PIRELLI roulent tous au moins 1 à 2 secondes plus vite qu’habituellement. L’équipe des chiens noirs et des motos jaunes domine outrageusement les séances. C’est vrai qu’ils étaient venus s’entraîner sur ce circuit un mois avant mais enfin.. en regardant de plus prés, dans leur box on constate la présence permanente de techniciens PIRELLI venus d’Italie pour l’occasion.Il n’y a pas de doute, les motos jaunes ont vraiment mis le paquet, et si les deuxièmes et troisièmes places du championnat n’intéressent pas Suzuki, ce n’est pas le cas chez eux. De gros moyens sont mis en place et le moins qu’on puisse dire, c’est que sa paie : une verte et quatre jaunes montées en PIRELLI mettent à mal tout ce beau monde.
Le rythme est très élevé et ce n’est pas plus mal dans l’intérêt de tous.
Les essais confirment leur supériorité et le bon travail de leur équipe.

Résultat thomas se trouve à la dixième place sur la grille à 1.5 seconde de la pôle….
La question à DUNLOP notre fournisseur : on réagit comment ?
Réponse : il faut monter des Pirelli….
Houlà, c’est juste pour savoir, nous sommes des pacifique nous, l’atmosphère semble un gros poils tendue, bon on n’insiste pas.
Et le résultat est couru d’avance ; il faudra être tout simplement patient et prudent car il ne fait pas l’ombre d’un doute que ça va être très très chaud, et qu’être dans le bon paquet et rester sur ses roues va déjà être une performance pour ne pas finir au delà des dix.
LA COURSE.
Comme d’habitude, Thomas fait un excellent départ, c’est vrai, avec cette rage supplémentaire de les tordre tous, en slalomant entre les pilotes qui partent dans tous les sens ; et c’est marrant, on dirait qu’ils ont tous l’envie de gagner, c’est dingue ça ; Thomas sort de la première série de virages en deuxième position, mais rendra vite la main. Sa moto ne veut rien savoir et ne veut absolument pas rentrer sur les freins, et l’avertit que s’il insiste, elle sanctionnera.
Thomas réduit son rythme à deux enchaînements du circuit, il fait une excellente course. Le ton donné à l’avant est bien trop rapide pour sa machine, il surveille ses arrières et espère limiter les dégâts.
Entre temps, certains essaient de suivre, et vont faire des pâtés dans les bacs, la course est longue et belle, Thomas rallie l’arrivée à la sixième place ; bon, c’est pas terrible, mais c’est très bon quand même, y en a qui n’ont même pas fini la manche ! Et puis si on regarde autour Thom est quand même le premier privé dans ces rythmes, le premier privé à l’arrivée, et même privé de pneus, il est capable de se défendre.

Au général, c’est la cata, il fait le même nombre de points que Frederic MOREIRA, mais ce dernier a fait un meilleur podium que lui à Nogaro, ça fera la différence ; donc : 4eme pour la deuxième année au championnat… Baaah , il y a un petit goût pas très agréable qui reste….
C’est promis, on fera beaucoup mieux l’année prochaine.

Très bientôt des nouvelles de la saison 2007.


Par Red


Retour à la liste des actus...